Ticket

6/random/ticker-posts

Diego l'asticot



Diego l'asticot n'était vraiment pas beau. Plutôt que d'être blanc c'était un vers transparent, limpide comme l'eau, invisible comme le vent, il criait très fort pourtant, mais nul ne l'entendait. Et lui se fatiguait à crier crier crier : « mouaaaaaaaa, j'suis lààààààà, j'exiiiiiiiste ! », mais il était si las.


Vint la métamorphose. Il devint mouche. Son petit cœur rempli d'espoir il se dit : « on me verra enfin ! Une mouche invisible, cela n'existe point ». Faux espoirs, Diego était toujours transparent. Les autres mouches volaient, « bizzzzzzzzouillaient » juste à côté de lui, comme si elles le narguaient, parfois même elles le bousculaient sans s'en rendre compte.


A force de ne pas être vu, Diego devint très triste. Il se trouvait très laid. Mais comment pouvait-il être laid puisqu'on ne le voyait pas ? La laideur est quelque chose qui se voit, pas quelque chose auquel on ne fait même pas attention. Puis il vit une fleur, il se posa sur elle. Elle était fort jolie, elle referma doucement ses pétales sur la mouche, qui ne réagit pas.


Il était enfermé dans une prison de rose.

Quand il se libéra, Diego n'était plus invisible, la rose lui avait donné la couleur qui lui manquait. Alors, la mouche s'envola, en aimant de tout son cœur le parfum d'une rose qui un jour lui donna la force et la beauté.



Diego rejoignit ses autres camarades et se posa sur le corps d'un cheval en décomposition. Qu'il était bon de pouvoir partager un repas si soigné auprès de ses amis. Et pour la première fois, la mouche se trouva belle.

23 juillet 2005

Publier un commentaire

0 Commentaires