Ticket

6/random/ticker-posts

L'oeil de lynx



Seule, allongée dans l'herbe fanée
Les rimes chantent les illusions,
Et enfin libres comme les saisons,
Elles illuminent des cieux drapés.

Nulle parure ne vient se pendre
À vos mensonges, à vos désirs
Que le Sacré soit un plaisir
Non une plaie réduit en cendre.

Et cueillir l'âme de la Beauté
Jusqu'au tréfonds de la laideur
Regarde en face, n'aie pas peur
Soigne tes yeux inconsolés.

L'œil du lynx pleure souvent
Des larmes roses orangées
Mille couleurs délavées
Font les nuances des torrents.

Sève des rimes affamées
C'est un breuvage savoureux
Si tout le Verbe est amoureux
Des vérités les plus cachées.

juillet 2006

Publier un commentaire

0 Commentaires