Ticket

6/random/ticker-posts

Monologue d'Alice

 



Voici un court extrait du monologue d'Alice qui sera terminé cet été :

La violence ça arrive sans crier gare, elle est sournoise, silencieuse, hypocrite, on la cache derrière de jolis mots. Elle minaude la violence ! Elle vous fait de l’œil, vous n’y pouvez rien, vous êtes sous son emprise. Puis un jour c’est à votre tour de minauder, vous vous bercez d’illusions. Je n’ai pourtant pas rêvé ton regard, vos regards.

Je traîne depuis combien de temps dans ces rues sordides ? Je n’ai jamais eu peur, c’est une jungle qui vous perd, vous marchez, le but je n’en ai jamais eu. Je plane au-dessus d’un présent sans saveur, oh oui je plane et, ah ! descendre un peu plus bas pour arriver jusqu’à toi. La chute est terrible. Je me suis cognée les genoux, j’ai mal, je ne ressens plus l’air balafrer ma peau, il n’y a que de vilaines éraflures.

Publier un commentaire

0 Commentaires