Ticket

6/random/ticker-posts

Le soleil s'est froissé





Le soleil s'est froissé d'un plissement d'ailes sous mes yeux
Les couleurs labiles ont rongé mon cœur mort,
Désespéré de croire et comme une météore,
Mon corps sombre a plongé dans les neiges de feu.

Brûle encore mon désir ! Reviens me déchirer.
Tu es là, je te vois, toi qui sait tant me plaire.
Tes mains assoiffées savent si bien se taire,
Elles avancent insatiables, sur un chemin muet.

Comme une ombre fatiguée de suivre les mots des autres,
Reviens poser ta bouche au détour des contours,
Tes lèvres enflammées ne parleront pas d'amour,
Viriles, elles chanteront des rimes qui seront nôtres.

Une fois seulement libérée de mes plaies,
J'irai vivre en enfer pour me mieux me satisfaire.
Au-dessus des volcans, j'adoucirai la guerre,
Pour que n'existe plus que des moments de paix.

A.L novembre 2009

Publier un commentaire

0 Commentaires